Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog du Master 2 Franco-Espagnol Pro Patrimoine, Gestion et Conservation du Patrimoine Territorial

Palau-del-Vidre

28 Décembre 2012, 18:02pm

Publié par masterpropatrimoinedeperpignan

palau 1

Palau-del-Vidre, Le Boulou, Prats de Mollo : cette journée de visites avait pour objectif de nous présenter plusieurs édifices et leurs biens mobiliers pour ainsi comprendre à travers leurs états de conservation, le plan de restauration qui a été / est ou sera engagé.

L'église de Palau-del-Vidre, atypique par son plan sans chevet, a connu plusieurs phases de constructions, de remaniements, bien trop souvent dévastatrices pour les biens mobiliers qu'elle accueillait.

En 1970, lors de la réfection de l'église, un nombre important de mobiliers a été détruit dont un retable signé Tremullas. En 2007, le CCRP s'est intéressé à l'édifice et a mis en place un plan de conservation et de restauration (géothermie installé, fouilles effectuées etc.) pour l'ensemble de ses biens mobiliers et liturgiques.

La majorité des œuvres suivantes sont désormais restaurées et visibles dans l'église :

 

Le retable du Rosaire était à l'origine constitué de trois parties distinctes datées de différentes époques. En bas, la prédelle ( actuellement en cours de restauration dans les ateliers du CCRP) datée de 1530 environ. Quant à la partie sommitale du retable, elle accueillait le panneau de la crucifixion (restauré dans les années 1990 et de nos jours visible dans l'église ), elle fut probablement réalisée par le Maître de Canapost aux alentours de 1490.

Plusieurs peintres issus d'ateliers Roussillonnais (de la période 1490-1530) ont donc été en activité dans cet édifice et ont laissé une trace de ce que l'on nomme aujourd'hui la Renaissance en Catalogne.

Le retable de Saint-Michel et Saint-Hippolyte commandé par Pierre de Mont Roigt est considéré «  retable des verriers ». Ses peintures furent réalisées en 1454 par le peintre Arnaud Gassies qui fut vraisemblablement influencé par le peintre flamand Vaneyck. (de nombreux peintres étrangers sont venus dans la région pour exercer dès cette époque là, d'où ces influences nordiques dans la touche de peintres locaux).

Le retable de Saint-Jean l'évangéliste, gothique comme le précédent, fut lui aussi réalisé par l'atelier de Gassies en 1461( son atelier a continué l'activité, lui même n'a pas pu le réaliser car il est mort en 1458).

La Vierge Ouvrante réalisée aux alentours de 1450 présente un intérêt considérable puisque ce type de sculpture est très rare et a suscité / suscite une dévotion importante dans le monde entier.

Le retable de la Vierge réalisé par une grande figure locale du dernier tiers du XVIe siècle : Antoine Peytavi. Aucun contrat ne fut retrouvé pour ce retable, toutefois nous savons que durant le siècle dernier, il fut stocké 40 ans à l'église Saint-Jean le Vieux de Perpignan.

En 1970, il fut restauré à l'initiative des Monuments Historiques, peut être trop puisque la disposition des scènes paraît peu probable de nos jours.

La chape de Palau Del Vidre, pièce inédite de la Renaissance, fait partie des trois textiles de ce type dans les Pyrénées-Orientales (Cayac et Collioure).Très bien conservé, ce textile précieux est présenté à plat dans un meuble sur mesure à volets pour l'abriter de la lumière.

Le contrat de 1554 mentionne les scènes qui devaient être représentées et qui sont, effectivement visibles sur la chape. Il énonce également le fait que le brodeur Martin Otxoart devait la réaliser à l'identique de celle de Montserrat.

La chape, dans son état actuel est composée d'un tissu du XVIIIe siècle et d'un orfroi d'origine (XVIe siècle). Elle a été portée pour la dernière fois en 1990 à Illes et a ensuite été stockée à l'hospice, grossièrement roulée avant que les restaurations commencent. La première campagne de restauration a été effectuée sur l'orfroi en soi, très fragilisé. La seconde campagne devra se consacrer au chaperon.

Le tabernacle, entièrement restauré, date de 1609 d'après le contrat conservé.

Il est un excellent exemple pour visualiser la couleur originelle du pigment « azurite », une couleur bleu, qui noircit au fil du temps.

 

CUENDA Guénahèle.

 

Commenter cet article