Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog du Master 2 Franco-Espagnol Pro Patrimoine, Gestion et Conservation du Patrimoine Territorial

Le C.C.R.P., ou l’art de bien restaurer

26 Novembre 2014, 16:13pm

Publié par masterpropatrimoinedeperpignan

Le 24 novembre 2014, nous avons été reçus au Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CCRP). Il nous a paru intéressant d’en partager le compte-rendu.

Qu’est-ce que le C.C.R.P. ? Le Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine est un service du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. Il est installé dans la zone Saint Charles à Perpignan depuis l’année 1998. Ses objectifs sont de connaître, conserver, et valoriser le patrimoine religieux ainsi que le patrimoine maritime des Pyrénées-Orientales. C’est un phénomène unique en France. Son origine ? Un atelier de restauration associatif créé en 1967. Le Centre prend la dénomination de C.C.R.P. en 2002, après celle de C.D.C.R.O.A., soit Centre Départemental de Conservation et de Restauration des Objets d’Art.

Trois missions lui sont attribuées :

le Plan-objet 66, mis en place en 2002 afin de produire un inventaire de tout le patrimoine religieux des Pyrénées-Orientales et d’en assurer la conservation ainsi que la restauration si nécessaire

la restauration du mobilier

le patrimoine maritime, étudié depuis la création en 1990 d’un port-musée associatif à Coudalère, il est par la suite transporté à Paulilles.

Le déroulement de la visite : La visite des locaux du C.C.R.P. a été programmée le Lundi 24 novembre. Nous avons été accompagnés par M. Jean-Bernard Mathon, directeur du Centre de restauration, et par son équipe. Dès notre arrivée, nous avons pu rencontrer l'équipe chargée de la restauration des œuvres. Rapidement, nous nous sommes dirigés vers les réserves. C'est à cet endroit qu'est stockée l'ensemble des œuvres ou objets à traiter. Cet espace comprend une première salle qui permet le transit et le traitement insecticide des œuvres. Les œuvres conservées dans cet espace ont plusieurs particularités. Elles peuvent être en attente de restauration ou bien en attente de restitution. Dans certains cas, les œuvres sont de provenance inconnue, notamment celles qui furent stockées dans les greniers du Palais des rois de Majorque ou celles de l'atelier de restauration précédent. Cette salle est entourée par deux autres, l’une concernant les tissus, l’autre attribuée aux tableaux. Nous avons été marqués par l’attention portée à la conservation des œuvres. Toutes sont emballées afin d’éviter d’une part les accidents, mais également la prolifération de possible insectes. Cela a aussi été l’occasion pour nous de découvrir le traitement par anoxie, plutôt spectaculaire : les œuvres sont placées à l’intérieur d’immense poche imperméable à l’air et la lumière afin d’en dégager totalement l’oxygène et ainsi d’éliminer les insectes. Cette réserve est censée être un lieu de transit des œuvres. Cependant, certaines peuvent rester à demeure pour une durée indéterminée : des œuvres ne peuvent regagner leurs locaux d'origine s’ils ne sont pas propices à leur bonne conservation. L'atelier de peinture est séparée en deux salles. La salle principale est consacrée à la restauration des supports, et toiles. Séparée des autres, une salle renferme les produits corrosifs nécessaires à certaines restaurations. Les résultats obtenus sur les œuvres grâce à ces techniques sont époustouflants. Nous avons ensuite découvert l'espace prévu pour la sculpture. Nous avons pu assister à deux restaurations en cours. D'abord le cas d'une Vierge à l'enfant : elle présentait une dorure remarquable mais avait été totalement abîmée par l’attaque d’insectes. Grâce à des radiographies, les restaurateurs peuvent examiner les dégâts invisibles à l’œil nu engendrés sur l’œuvre. Cela a permis, dans ce cas à, de consolider la statue dans son intégralité, avant de restaurer l’ornement extérieur. Nous avons également vu le cas d’une Vierge romane. Après examens et conseils, a été pris la décision de rendre à la statue son aspect d’origine : elle avait déjà été repeinte par le passé mais dans des couleurs totalement inappropriées. L’analyse de fragments de peinture effectués après grattage des couches supérieures a permis de déterminer ses couleurs d’origine et de lui rendre son aspect premier.

Le C.C.R.P. est pensé comme un ensemble complet, où les professionnels trouvent à leur disposition tout le matériel nécessaire. Une salle de documentation permet de réunir un fonds documentaire local conséquent et offre au personnel l’accès aux dernières recherches. Ce fonds est également mis à la disposition des étudiants s’ils en ont besoin. De ce point de vue, le C.C.R.P. est aussi un lieu de transmission de savoir. Le Centre est d’ailleurs partie prenante à de nombreuses expositions*. Le site comprend également un studio de prise de vue. Ce poste est assuré par un photographe libéral. Cela a été l’occasion pour nous d’ouvrir le débat autour des moyens de fonctionnement du Centre. Il est aujourd’hui nécessaire de faire de plus en plus appel à des professionnels libéraux et de faire toujours plus avec moins de moyens. Cela dit, M. Mathon est le relai d’un phénomène encourageant qui voit un engagement toujours plus grand des collectivités envers leur patrimoine. Le succès du Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine est le résultat de la prise de conscience collective et publique de l’importance de conserver et de transmettre cet héritage commun.

*En ce moment le C.C.R.P. vous propose une exposition temporaire à la Chapelle Notre-Dame des Anges, de Perpignan : "Trésors du Patrimoine Catalan. Arts, Archives, Archéologie" (de Septembre 2014 à Décembre 2015) Contact : Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine 150 avenue de Milan Zone St Charles 66000 Perpignan Tel. 04 68 85 89 40 Fax. 04 68 54 45 61

Les réservers du C.C.R.P.

Les réservers du C.C.R.P.

Commenter cet article